Un nouveau pas franchi pour la coopération transfrontalière !

PRESSEMITTEILUNG
Christophe Arend / Assemblée Nationale

Le 17 mai 2018

COMMUNIQUE DE PRESSE

Un nouveau pas franchi pour la coopération transfrontalière !

Jeudi 17 mai, les Députés du groupe de travail parlementaire franco-allemand, dont Christophe Arend est co-président aux côtés de Mme Sabine Thillaye, Présidente de la Commission des Affaires européennes de l’Assemblée nationale, et de M. Andreas Jung, Président du groupe d’amitié Allemagne-France au Bundestag, ont adopté une position commune visant à approfondir la coopération transfrontalière à travers la mise en place d’un « paquet régions frontalières ». 

Les régions frontalières sont des indicateurs précieux du fonctionnement de la coopération entre la France et l’Allemagne. Elles permettent d’évaluer les freins des échanges entre les deux pays et révèlent les défis concrets du vivre-ensemble. « Aujourd’hui, dans les régions frontalières comme en Moselle, nous constatons quotidiennement des obstacles dus à des législations nationales divergentes qui sont sources de difficultés pour les habitants de ces bassins de vie, pourtant si proches culturellement. L’objectif de cette déclaration commune est d’éliminer ces impasses, de construire des ponts, de faciliter la quotidien et, ainsi, de rapprocher les citoyens. » explique Christophe Arend. Ainsi, les Députés exhortent leurs Gouvernements à consacrer un chapitre au renforcement de la coopération transfrontalière dans le futur Traité de l’Elysée. 

Concrètement, cette position commune promeut la constitution d’un « paquet régions frontalières » par l’Allemagne et la France. Il se traduira par le développement de mesures dans tous les domaines relevant de notre quotidien : culture, éducation, langue, formation professionnelle, emploi, énergie, infrastructures, communication ou encore sécurité. « Par exemple, le Centre de formation professionnelle transfrontalier est une réalisation essentielle qui permettra d’accéder à une reconnaissance des diplômes, d’avoir une formation commune et ainsi d’apporter une réelle solution sur un territoire touché par le chômage. » explique le Président du groupe de travail. 

Faisant du franco-allemand sa priorité, le Député s’est attaché à défendre l’instauration de compétences autonomes pour les territoires de coopération transfrontalière lors de ses échanges avec ses homologues français et allemands. « Je suis ravi que nous ayons adopté ce texte. Il s’agit d’une importante avancée dans l’histoire des relations franco-allemandes et un symbole fort en direction des Gouvernements. Je suis convaincu qu’il faut adopter la philosophie du bottomup, c’est-à-dire qu’il faut défendre les projets émanant du territoire. ». 

/sites/fefa/files/files/2018_5_17_dt-frz-arbeitsgruppe_positionspapier_1_final_2.pdf

/sites/fefa/files/files/2018_5_17_dt-frz-arbeitsgruppe_positionspapier_2_final_2.pdf

Retour aux actualités