Histoire de la Fondation Entente Franco-Allemande

Introduction

Pour être appréciée dans toute sa dimension, l'histoire de la Fondation "Entente Franco-Allemande" objet du présent mémoire passe par un rappel du contexte historique, à l'origine de sa raison d'être. L'histoire de la Fondation écrite par son Directeur Administratif présente des avantages et des inconvénients. Parmi les avantages, figure la prise en compte de l'état d'esprit et de la cohésion qui ont animé les différents acteurs dans le cadre des événements successifs qui ont construit cette histoire. Dans la mesure où j'étais présente à la séance inaugurale d'installation de la Fondation le 16 novembre 1981, j'ai été un témoin et une observatrice privilégiée. Cependant, mon implication personnelle pourrait laisser craindre un certain parti pris dans l'analyse. C'est un inconvénient dont j'assume le risque. Mais j'espère qu'avec ce mémoire j'aurai apporté ma modeste contribution pour mieux faire connaître l'institution qui a assumé une mission d'utilité publique, au service des Alsaciens-Mosellans incorporés de force dans l'armée allemande, oubliés par l'Histoire...

Ce mémoire se veut le témoignage privilégié de l'auteur, et ce à plusieurs titres.

A) Née à Strasbourg (Bas-Rhin) dans l'immédiat après-guerre, de parents Haut-Rhinois, de langue maternelle alsacienne, j'ai été profondément vexée de devoir, en 1981, découvrir l'incorporation de force des Alsaciens-Mosellans dans l'armée allemande, au hasard de circonstances professionnelles. Ce point d'histoire, véhiculé essentiellement par la mémoire familiale, ne m'avait pas atteint. Mon père est un insoumis à l'armée allemande, engagé dans le Tabor marocain, titulaire de la Croix de Guerre avec étoile de bronze. De mes trois oncles, deux ont servi dans l'armée française. Le seul d'entre eux ayant été incorporé de force dans l'armée allemande, mon père était fâché avec lui... à cause de son incorporation de force - L'histoire ne le dit pas. Je n'ai jamais su.

B) Je regrette profondément que "la mémoire régionale ait été vouée à vivre en discordance avec la mémoire nationale" comme le constate Eugène RIEDWEG (2).

Ce fait d'histoire, authentique et incontesté, qui traduit le vécu d'une région qui a souffert et payé, dans sa chair et dans son âme, mérite d'être mieux connu, voire reconnu. Pour les survivants de ce drame d'une part, pour les jeunes d'autre part.

  1. Pour les survivants de ce drame, pour les aider à dépasser la frustration née de l'incompréhension de leur tragique destin.
  2. Pour les jeunes qui ne doivent pas ignorer cette page d'histoire contemporaine. Ce d'autant plus que les programmes scolaires n'en font pas mention, si ce n'est de façon marginale dans le cadre de l'option "Langue et Culture Régionales"... pour les établissements scolaires qui proposent cette option.

Ce vécu régional, partie intégrante de la mémoire identitaire, mérite sa place dans l'Histoire de France.
Le rappel du contexte historique et des drames engendrés par l'annexion de fait de l'Alsace-Moselle par Hitler, vise à bien situer cette page d'histoire régionale qu'a été pour les Alsaciens Mosellans l'incorporation de force dans l'armée allemande lors du dernier conflit mondial.

L'histoire de la Fondation "Entente Franco-Allemande" sera analysée en 3 points essentiels.

Andrée Kempf

Télécharger le récit complet