Bourse : ces produits financiers à ne pas mettre dans toutes les mains

22
homme qui suit l'évolution de la bourse avec sa tablette

Certains produits financiers sont complexes et ne sont pas à mettre entre n’importe quelles mains. Car s’ils peuvent afficher des rendements importants, ils peuvent également entraîner des pertes parfois supérieures à la mise de départ. Ils sont donc à réserver aux investisseurs financiers expérimentés, car leur valorisation dépend d’un autre instrument.

Les produits financiers à effet de levier

Le fort potentiel de perte ou de gain de ces produits financiers dépend beaucoup de l’effet de levier. Leur variation de valeur sera en effet démultipliée en fonction de la hausse ou de la baisse de la valeur du sous-jacent. Il s’agit d’un instrument financier lié à un produit dérivé comme les options, et peut-être une action ou encore une obligation.

A lire également : Quel salaire pour emprunter 300 000 euros ?

Pour les investisseurs, l’idée est de parier sur la variation rapide ou non du prix d’un produit financier comme le warrant. Cette variation dépend du cours de l’action, mais aussi du temps qui passe. Et pour en savoir plus sur l’investissement dans les produits financiers comme le warrant, il est possible de consulter des sites professionnels, mais aussi de se rapprocher de sa banque ou de son courtier.

Les CFD, ou le risque de perdre plus que ce que l’on a investi

Les CFD, Contracts for Difference, fonctionnent sur le même modèle. Leur effet de levier peut en revanche entraîner des pertes plus importantes que le montant initialement investi. Ils sont donc à réserver aux investisseurs expérimentés et amateurs de sensations fortes. Le CFD est un type de contrat réalisé entre un acheteur et un vendeur. Ce dernier sera amené à payer à l’acheteur la différence entre la valeur présente et la valeur du sous-jacent à la date de signature du contrat. L’investisseur ne devient donc pas propriétaire du sous-jacent. L’avantage des CFD par rapport aux warrants est qu’ils n’ont pas une durée de vie limitée. Cependant, il est important de noter que seulement 10 % des investisseurs réalisent une performance positive, confirmant le fait qu’il s’agit d’un produit financier à ne pas mettre entre toutes les mains.

A lire également : Qui doit payer la taxe foncière en cas d’indivision?

Une nécessité de couvrir ses arrières

Il existe des options sur actions donnant le droit d’acheter ou vendre à un prix qui sera déterminé à l’avance et à une date précise. Cependant, rien n’oblige de conserver une option jusqu’à la date butoir. Dans le cas où le sous-jacent augmenterait, elle peut être revendue par anticipation. Un gain sera alors réalisé et l’investisseur aura alors couvert ses positions par anticipation. Enfin, l’autre précaution à prendre est liée au taux de change. La valeur du titre ou de l’option variera en effet en fonction du cours des devises.