Tout savoir sur l’investissement dans l’immobilier ancien

1425

Beaucoup d’investisseurs s’intéressent de plus en plus à l’immobilier ancien à cause de ces nombreux avantages. Généralement, ce type d’immobilier concerne les constructions achevées plus de cinq ans auparavant et ayant déjà été habitées. Voulez-vous en savoir davantage sur ce type d’investissement ? Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir avant d’investir dans l’immobilier ancien.

Lire également : Acheter une maison à La Rochelle : conseils d'experts !

L’investissement dans l’immobilier ancien

L’investissement dans le locatif est un investissement relativement sûr et rentable. Que l’immobilier soit neuf ou ancien, l’investissement dans l’immobilier demeure rentable. Cependant investir dans l’ancien présente des avantages spécifiques.

A lire en complément : Les tendances technologiques qui révolutionnent les logiciels d'estimation immobilière

En général, plus le bien est ancien, plus les impôts diminuent. Pour investir dans l’immobilier ancien, il faut quand même trouver un emplacement à fort potentiel pour de bons rendements dans le locatif. En outre, les prix de l’immobilier ancien sont plus accessibles par rapport à ceux du neuf. On parle de 20% à 30% de différence de prix entre le neuf et l’ancien, pour les mêmes caractéristiques de bien.

Par ailleurs, plusieurs dispositifs fiscaux s’offrent à vous en matière d’immobilier ancien. Ces dispositifs fiscaux représentent un avantage particulier pour l’investissement dans l’ancien. Ils vous permettent notamment d’améliorer vos rendements. Il faudra donc trouver une politique de gestion assez efficace et un emplacement stratégique avant d’investir. Les différents dispositifs dans l’ancien sont : le régime du déficit foncier, le régime Malraux, la loi monument historique.

L’investissement dans l’immobilier ancien : loi Malraux

La loi Malraux est conçue pour protéger et conserver le patrimoine architectural. Ce dispositif de défiscalisation immobilière permet au propriétaire qui engage des travaux de rénovation sur un bien ancien à caractère historique se retrouvant dans certaines zones de déduire toutes les charges de la rénovation de ses impôts.

La loi Malraux permet également aux propriétaires d’immeubles anciens, ayant fait l’objet d’une restauration complète et donnés en location, de déduire de leur revenu global le déficit foncier résultant des travaux de restauration. Les charges nécessaires pour la rénovation sont donc déduites du revenu global.

L’investissement dans l’immobilier ancien : déficit foncier et loi monuments historiques

Qu’appelle-t-on déficit foncier en matière d’immobilier ancien et que dit la loi monuments historiques sur l’investissement dans l’immobilier ancien ?

Investissement dans l’immobilier ancien : le déficit foncier

En investissant dans l’immobilier ancien, chaque propriétaire perçoit des loyers provenant du bien mis en location. L’imposition de ces revenus implique la déduction de certaines charges liées à la location. Lorsque ces charges locatives déductibles dépassent le montant des loyers perçus au cours d’une année, il s’agit alors de déficit foncier.

Investissement dans l’immobilier ancien : la loi monuments historiques

En décembre 1913, il a été institué une loi sur les monuments historiques. Cette loi encourage les propriétaires possédant un bien classé Monument Historique de pouvoir déduire de leur revenu global le montant du déficit généré par ce bien. Cette loi couvre aussi les biens inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (I.S.M.H.).

L’investisseur dans ce type d’immobilier doit d’abord l’acquérir puis procéder aux travaux de réhabilitation et de rénovation sous la supervision de l’Architecte des Bâtiments de France (A.B.F.). L’investisseur ne doit donc entamer aucune procédure de rénovation de monuments historiques sans l’accord de l’ABF.

Les avantages de l’investissement dans l’immobilier ancien

Les avantages de l’investissement dans l’immobilier ancien

L’investissement dans l’immobilier ancien présente de nombreux avantages :

  • Des prix souvent plus attractifs que dans le neuf
  • Un charme et une authenticité du bien
  • Une localisation souvent centrale et proche des commodités
  • Des possibilités de rénovation et d’aménagement personnalisé
  • Des revenus locatifs souvent stables et réguliers

Il faut bien évaluer les travaux nécessaires et s’assurer de la rentabilité de l’investissement. Pour cela, certains dispositifs fiscaux peuvent être très intéressants.

L’un des principaux intérêts à investir dans un bien immobilier ancien est la possibilité d’utiliser le déficit foncier. Ce dispositif permet effectivement aux propriétaires-bailleurs qui réalisent des travaux pour remettre leur logement en état ou qui font réaliser ces travaux par un entrepreneur, d’imputer sur leurs revenus locatifs imposables toutes les charges afférentes à ces travaux. Le montant ainsi déduit peut atteindre 10 700 euros par an pendant trois ans. Une opération financièrement intéressante pour ceux qui cherchent à baisser leur taux marginal d’imposition (TMI).

La loi Monuments Historiques permet de bénéficier d’un régime fiscal très avantageux. Elle offre effectivement aux propriétaires qui réalisent des travaux de restauration ou d’entretien sur leur bien immobilier classé Monument historique, inscrit à l’inventaire supplémentaire ou ayant reçu le label ‘Patrimoine du XXe siècle’, un abattement fiscal de 100% sur les dépenses effectuées. Ce dispositif permet ainsi de réduire significativement son impôt et même parfois d’en être totalement exonéré.

Ces démarches présentent certains coûts liés notamment aux études préalables et à la réalisation des travaux mais peuvent se révéler très intéressantes pour certains investisseurs.

Les risques à prendre en compte avant de se lancer dans l’investissement dans l’immobilier ancien

Les risques à prendre en compte avant de se lancer dans l’investissement dans l’immobilier ancien

Bien que très attractif, l’investissement dans l’immobilier ancien n’est pas exempt de risques. Il faut vérifier son état général. Les travaux nécessaires peuvent parfois s’avérer très coûteux et impacter la rentabilité de l’opération. Il faut donc faire réaliser une expertise approfondie afin d’évaluer le montant des travaux à prévoir ainsi que leur échéancier.

La localisation

Il faut bien comprendre les modalités et surtout leurs limites avant toute décision, car ces dernières peuvent parfois s’avérer contraignantes ou peu avantageuses selon la situation personnelle du propriétaire-bailleur.

Malgré ces risques à prendre en compte lors d’un investissement immobilier ancien, ce type d’investissement reste un choix judicieux pour diversifier son patrimoine et valoriser son capital sur le long terme. Il faut se montrer prudent et informé avant tout engagement financier.