Piscine intérieure : guide et conseils

103

Avoir une piscine intérieure signifie que l’on peut profiter de la baignade tout au long de l’année. C’est un rêve que beaucoup de monde souhaite réaliser. Si vous envisagez aussi de vous lancer dans ce projet de piscine intérieure, découvrez de plus amples informations à ce sujet dans notre guide.

Les types de piscine intérieure

La plupart des piscines intérieures sont enterrées, mais elle peut aussi être hors sol. Si le modèle hors sol est souvent en kit, à monter même sans l’aide d’un professionnel, une étude plus poussée est nécessaire quand il s’agit d’une piscine intérieure.

A lire aussi : Qui doit payer la taxe foncière en cas d’indivision?

En fait, les contraintes sur l’existence d’une piscine à l’intérieur de la maison sont plus ou moins nombreuses. C’est pourquoi on trouve aussi des modèles de piscine hors sol fait de blocs à bancher par exemple pour convenir à l’utilisation et à l’endroit. Vous pouvez aussi trouver d’autres idées et déjà les tendances déco, Actualités, Infos et News sur www.respectmag.com.

Sinon, pour les piscines enterrées, elles peuvent être en coque, polyester ou acrylique,  ou en béton carrelé. Les prix varient du modèle, de la surface de la piscine et des détails des travaux, mais le béton carrelé est le plus cher, et aussi le plus utilisé dans les endroits luxueux.

A voir aussi : Comment bien gérer l'utilisation des ressources énergétiques dans votre maison en 2022 ?

Est-ce que votre maison peut accueillir une piscine intérieure ?

Pour que le rêve ne se transforme pas en cauchemar, il est impératif de voir avec un professionnel si la piscine intérieure est adaptée à votre maison. Normalement, il ne s’agit pas de travaux de rénovation, mais plutôt à inclure dans le plan de construction ou dans un plan d’agrandissement. La pièce doit non seulement être suffisamment grande, mais exige aussi différentes conditions afin de respecter les exigences techniques.

Dans cette optique, on parle de la solidité de la fondation de la piscine qui va supporter le bassin rempli d’eau, la régulation de l’humidité de la pièce et donc le système d’aération et de chauffage, et l’isolation. Surtout, il faut penser à limiter l’impact de tout ce qui est lié à la piscine, aux autres pièces près de celle-ci (l’humidité, les bruits des équipements motorisés, les bruits pendant la baignade, etc.).

Tout doit être soigneusement étudié pour accueillir la piscine intérieure : la surface, la gestion de l’humidité, l’isolation phonique, l’aération, les traitements anti-corrosion, le sol antidérapant, etc.

Traitement de l’eau et de l’air de la piscine

Avant l’installation d’une piscine intérieure, vous allez discuter du traitement de l’eau et de l’air avec les professionnels. Il s’agit d’un protocole qui améliorera votre confort, tout en optimisant la sécurité dans l’espace et dans l’ensemble du bâtiment.

Dans ce cas, il est conseillé de comparer à l’avance les options de déshumidification adaptées à la surface de la pièce dans laquelle la piscine sera installée. Il faut aussi un système de traitement de l’air pour l’accompagner. Au fait, il faut que cet équipement répartisse l’air de manière uniforme pour que le taux d’humidité reste à moins de 60 %. D’ailleurs, pour le confort et pour garder un environnement sain, l’air doit avoir une température entre 2 et 4 °C de plus que celle de l’eau.

Pour ce qui est des autres normes et obligations, vous devrez faire une déclaration au préalable pour une surface de moins 20 m² s’il s’agissait d’une extension. Au-delà de cette surface, il faut demander un permis de construire.