Santé

C’est quoi une infirmière ?

Dans la scène actuelle de la santé, beaucoup de professionnalisme ont, au fil des ans, progressivement précisé leur contribution initiale dans le domaine des soins et des soins

Nous savons parfaitement que le médecin s’occupe de l’identification d’un diagnostic (médical) et de la mise en place d’un processus thérapeutique ; la sage-femme est la professionnelle de référence de la femme pendant toute la grossesse ; le kinésithérapeute s’occupe de la réadaptation des handicaps… Dans cette perspective, quel est le contribution autonome de l’infirmière ?

Nous luttons pour répondre, parce que notre contribution autonome que nous n’avons pas encore pleinement développée et reste improvisée et reléguée dans les quelques espaces de temps coupés quotidiennement dans la pratique clinique.

A lire en complément : Quel est le rôle du CIAS ?

Ce que nous manifestons, c’est seulement la partie exécutive et collaborative des soins ; la thérapie occupe une bonne partie de la journée d’une infirmière, cependant, ce n’est pas notre compétence spécifique professionnel.

L’ application du processus thérapeutique selon DM 739/94, bien qu’il s’agisse d’une activité dans laquelle les responsabilités de l’infirmière sont élevées, reste une activité exécutive, dans laquelle le pouvoir décisionnel de son Activation est déterminé par un autre professionnel, dans ce cas le médecin ; nous pensons souvent que, après la thérapie, nous avons épuisé notre travail.

A découvrir également : Comment appeler une personne travaillant dans un jardin d'enfants ?

Ce faisant, nous continuons de nourrir une conception subordonnée et exécutive des soins infirmiers.

Evelyn Adam, une théoricienne en soins infirmiers, a déclaré : « La plupart des infirmières affirment que les soins ne se limitent pas à l’exécution d’ordonnances médicales, mais qu’ils sont plus que cela. Maintenant, il est nécessaire d’expliquer cela plus que cela. »

Et expliquons-le parce que c’est bon pour nous puisque l’extrême flexibilité et l’indétermination du travail de l’infirmière nous font perdre conscience de notre propre rôle et de notre spécificité, Contribution originale et autonome à la personne en santé ou à son moment de fragilité maximale.

Qu’ est-ce que les soins infirmiers nous disent les différents théoriciens, à mon avis le modèle bifocale de LJ Carpenito est le plus complet car il envisage la partie collaborative et la partie autonome des soins. Mais en quoi consiste la partie autonome ?

soins infirmiers à ce jour consistent essentiellement à prendre en charge les conséquences de la maladie physiologique, psychologique et sociale sur la vie quotidienne et l’autonomie de la personne considérée dans son intégralité et sa subjectivité ; elle se caractérise par un ensemble complexe d’activités dans lesquelles il est possible de reconnaître une dimension technique mais aussi et surtout relationnelle et éducative. Les

Cela devrait être l’élément fondateur de l’action des infirmières, moteur de la pratique clinique.

Au lieu de cela, dans notre vie opérationnelle quotidienne, il y a encore beaucoup de collaboration pour soutenir l’activité diagnostique et thérapeutique du médecin ; aussi la partie autonome que nous pratiquons quand « nous avons le temps » ou autrement la considérer comme secondaire à la première. Mais analysons soigneusement certains éléments.

Prenez le pouvoir : cela signifie être le point de référence de la personne assistée et de sa famille, les diriger pendant les soins diagnostiques — thérapeutiques — et les guider dans la forêt bureaucratique du NHS.

Un vrai responsable du support. La prise en charge de l’assistée n’équivaut pas à la somme des diverses activités manuelles sur l’assistée ; c’est aussi une activité intellectuelle qui reconnaît dans la planification du bien-être le principal instrument d&# 8217 ; action.

Conséquence de la maladie : nous ne nous soucions pas tellement de la maladie que les conséquences de celle-ci non seulement du point de vue physiologique, mais aussi psychologiques et sociaux. Mais la planification sociale (là où elle existe) envisage-t-elle également la détection des besoins psychosociaux ? Ou s’arrêterons-nous à la détection des besoins physiologiques ?

Quand c’est bon, puisque dans certaines réalités, c’est toujours le médecin qui décide de certains besoins infirmiers tels que la mobilisation ou l’alimentation.

Autonomie de la personne considérée dans son intégralité : comme on dit « ici tombe l’âne ». Combien de fois a-t-on entendu justifier la demande en « considérant la personne dans sa totalité/dans son ensemble, à 360° ».

Bien considérer la personne dans son intégralité, selon une perspective holistique signifie détecter et traiter les besoins des soins infirmiers en gardant toujours à l’esprit la culture, les valeurs, les sentiments, les expériences et la volonté exprimée par chaque individu.

Le modèle holistique représente le modèle conceptuel avec lequel nous Nous abordons la conception de la santé et de la maladie différentes du modèle biomédical qui considère, dans une perspective réductionniste, la maladie comme un dysfonctionnement des organes.

En d’autres termes, c’est notre paire de lunettes avec laquelle nous voyons la réalité.

Dimension technique, relationnelle et éducative : La technique, en soi, ne fait pas de nous un professionnel. Pour mettre en place tout ce qui est écrit dans les lignes précédentes, nous ne pouvons ignorer les deux autres dimensions fondamentales de l’allaitement qui sont pleinement mises en œuvre lorsque les soins infirmiers et le patient réalisent une relation authentique et empathique.

Mais « patient » n’est pas correctement le terme correct à utiliser en 2017.

Un sociologue, spécialiste de la dynamique de la santé, Ivan Cavicchi, affirme que le patient est devenu un « exigeant » ; ce n’est plus un individu qui accepte passivement les traitements proposés, mais un sujet informé avec lequel les soins doivent être convenus temps à la fois.

Comment le remède peut-il être la négociation si nous ne cultivons pas la relation et la relation de confiance avec la personne aidée ?

L’ attention, la relation et la relation de confiance sont basées sur la communication et la pratique de l’écoute, ne devenant pas amis de nos personnes assistées !

Mais très souvent, nous percevons la pratique de l’écoute comme une perte de temps, parce qu’il y a plus à faire… peut-être les lits !

Éducation thérapeutique : Elle ne signifie pas (seulement) l’éducation sur la thérapie, mais prend le sens de l’éducation curative tout comme une thérapie.

L’ augmentation des maladies chroniques, de la fragilité et des multipathologies fait ressortir le besoin de savoir comment gérer et coexister la personne avec sa maladie. Mais percevons-nous l’éducation thérapeutique comme la partie la plus autonome de notre profession, le cœur de la discipline infirmière ?

Pensez-y, combien de collègues sont en face d’un demande d’informations auprès des membres de la famille, sont-ils limités à conférer les heures de réception des médecins ?

Être des professionnels responsables, c’est répondre de première main à notre travail ; mais combien d’entre nous se comportent comme auxiliaires à ce stade, causant des dommages à l’image silencieuse à la profession ?

Si dans la pratique clinique nous faisons tout ce qui est écrit dans ces lignes, bien nous appliquons le profil professionnel. Si ce n’est pas le cas, j’invite les lecteurs à s’équiper de tant de pensée critique pour problématiser la pratique actuelle et remettre en question notre pratique clinique quotidienne.

Le doute est révolutionnaire, si Copernic n’avait pas soulevé de doutes sur la théorie géocentrique aujourd’hui, nous aurions été derrière quelques siècles !

Nous parlons tellement, à juste titre, de la demande mais nous ne pensons pas à la façon dont nous sommes déprofessionnalisés qui est épuisé ou vidé de notre potentiel, de l’offre professionnelle d’un médecin en soins infirmiers.

C’ est un gros gaspillage pour la société : former l’infirmière à l’université et l’utiliser comme il y a 30 ans !

Puis FORCE avance avec l’affirmation de cette nouvelle culture comme une goutte capable de gratter le rocher de l’arriéré et de l’inadéquation.

Raffaelevarvara