Quelle puissance pour un scooter électrique ?

3

Souhaitant faire un dualisme de force pour simplifier le concept, nous devrions dire que la puissance fournie par un moteur électrique est comparable au déplacement d’un moteur endothermique. Si nous acceptons ce forçage, nous pouvons dire que ce n’est pas le type de traction qui fait la différence — électrique ou essence, cela ne fait aucune différence — mais la puissance/déplacement du scooter. Et c’est selon ces deux derniers que la législation actuelle établit le permis nécessaire pour conduire un véhicule.

Par conséquent, pour le scooter électrique , la règle suivante s’applique : en fonction de leur puissance, vous déterminerez quelle licence vous devez les conduire. Il y a au moins 4 cas.

A voir aussi : Quel vélo puis-je conduire avec un permis de conduire A2 ?

Classification des scooters électriques

Nous avons dit que le pouvoir est en déplacement, comme l’électricité est endothermique. Cela dit, nous abandonnons les tractions traditionnelles et continuons seulement avec des scooters électriques, en faisant une certaine clarté sur leur classification. Tout d’abord, il faut dire, que faire comme un bassin hydrographique est la puissance de 4 kW. Si, en fait, un scooter a une puissance inférieure à ce seuil, alors il tombe dans la classe L1. Ce qui signifie que ce sont des véhicules qui ne sont pas capables de dépasser la vitesse de 45 kilomètres à l’heure et peuvent donc être conduits par tout le monde, même par des mineurs (14 ans et plus, pour être précis).

Pour les conduire, vous devez être en possession du permis B (celui de conduire des voitures, pour être compris) ou, pour les très jeunes, de la licence AM. Voulant reprendre le dualisme initial, les scooters électriques avec une puissance inférieure à 4 kW, sont similaires aux scooters avec déplacement 50 cc (à savoir la soi-disant cinquante, pour simplifier).

A lire en complément : Pourquoi une voiture électrique ne se charge pas lors de la conduite ?

Et si la puissance augmente ?

Bien qu’ils soient encore rares, il y a aussi des scooters électriques en circulation dont la puissance dépasse le seuil de 4 kW. Donc, nous ne sommes plus dans le cadre de la soi-disant scooter, mais nous passons à Catégorie scooter/moto. Ces scooters, peuvent être effectués par ceux qui ont une licence B ou une licence A1. Mais dans une condition : la puissance peut en effet dépasser 4 kW, mais elle ne devrait pas être supérieure à 11 kW.

Si, en fait, un scooter électrique doit avoir une puissance comprise entre 11 et 35 kW, alors le motocycliste devra être en possession de la licence A2, ce qui nécessite de passer un examen spécifique. Mais, si le scooter doit également dépasser le seuil de 35 kW, la licence nécessaire devient l’ A3 . Encore une fois, un examen atteste qu’ils sont des motocyclistes à part entière.