Ce qui vous attend après la mort d’un proche

11

L’organisation des obsèques et les différentes démarches qui doivent être réalisées après la mort d’un proche sont déjà assez difficiles. Mais en plus, même si on peut être soulagé après l’enterrement ou la crémation, ce n’est pas encore fini. C’est surtout le cas si vous êtes vraiment proche du défunt comme un conjoint, un parent ou un enfant. D’autres démarches doivent encore être réalisées et d’autres responsabilités vous attendent. Ce sont justement celles-ci que nous allons essayer de soulever une à une.

La sépulture

Même si c’est l’agence funèbre qui s’est occupée entièrement de la sépulture jusqu’ici, rien ne vous empêche d’apporter votre touche personnelle. D’ailleurs, la version proposée par l’agence funèbre est sûrement basique. D’autres éléments qui proviennent de la famille peuvent servir à démarquer la tombe du défunt, comme des plaques de décès personnalisées par exemple.

A voir aussi : Un artiste marionnettiste pour animer un moment de fête

Plus tard, d’une manière périodique, il peut aussi être nécessaire d’entretenir la sépulture. Vous pouvez par exemple la nettoyer et repeindre les gravures. Sans oublier les fleurs, vous pouvez aussi commander de nouvelles plaques funéraires sur le site sur le site plaquedeces.fr. Ce genre de plaque n’est pas exclusivement utilisé lors des obsèques.

Les lettres de remerciements

Dans notre société d’aujourd’hui, l’envoi de lettres de remerciements est un signe de politesse. Logiquement, chaque personne présente lors de la cérémonie des obsèques doit en recevoir une. Vous devez même en envoyer aux autres personnes qui ont exprimé leurs condoléances d’une autre manière que leur présence. Cette lettre doit être réelle et envoyée par courrier, malgré l’avènement des nouvelles technologies. Elle doit aussi être adressée directement à la personne ou aux personnes concernées.

A lire aussi : Fêter Noël à New York : un rêve à portée de main

Tout comme les plaques funéraires, l’impression des lettres de remerciements peut aussi être prise en main par des professionnels sur internet. Il vous suffit d’en choisir un, de choisir le design et le contenu de la lettre, de fournir une liste de nom et d’adresse, et il se chargera de faire le travail à votre place.

Les autres démarches administratives

Les démarches administratives obligatoires ont été réalisées par l’agence funèbre, avant même les obsèques. Mais vous devez encore vous occuper d’autres démarches. Vous devez par exemple clôturer son compte bancaire, vous occuper des emprunts en cours et des créances, faire sa dernière déclaration d’impôt, etc. En tant que conjoint ou héritier, il peut même arriver que vous engagiez votre propre responsabilité.

De la même manière, vous devez aussi vous occuper de la vie professionnelle du défunt. S’il était salarié, son employeur doit probablement s’acquitter d’un solde de tout compte. S’il était dans une profession libérale, la situation peut être plus compliquée. En effet, il est possible que vous deviez vous occuper des dossiers en cours. Vous pourrez avoir à décider par exemple si ces collaborateurs peuvent les honorer ou s’il est nécessaire de résilier certains contrats.

S’occuper de ses affaires personnelles

La plus grande difficulté est d’en prendre connaissance. En effet, il arrive fréquemment que le défunt n’ait pu partager avec aucune autre personne certaines de ses affaires en cours. Il pourrait avoir par exemple quelques dettes à titre personnel, qui pourraient être difficiles à gérer, autant pour vous que pour le créancier.

Les affaires personnelles du défunt concernent aussi sa vie sur internet. Vous devez vous occuper de ces comptes LinkedIn, Facebook, etc. Vous devez aussi trouver les accès à ces différents comptes bancaires en ligne et ses portefeuilles électroniques. Il peut détenir une somme importante ou des actions sur un compte de trading en bourse par exemple ou détenir des cryptomonnaies sur un site quelconque.

Les questions de succession

Le défunt a-t-il dressé un testament ? Dans tous les cas, c’est la première question que vous devez vous poser. Vous pourrez avoir la réponse auprès du notaire ou auprès d’un proche à qui le défunt a confié cette information. Espérons qu’il avait au moins la possibilité de prévenir. S’il n’a laissé aucune instruction, la succession devrait se faire selon les termes de la loi. L’ensemble de ces biens ira chez ses héritiers naturels.

Le deuil

Les larmes, la tristesse ou les phases dépressives sont naturelles après la perte d’un proche. Le plus important, c’est que normalement vous puissiez guérir avec le temps. Il faut aussi continuer à vivre sans lui ou sans elle. Il aurait peut-être fallu faire des changements à la maison par exemple.

Par ailleurs, en tant que parent ou enfant, vous devez aussi vous assurer que vos proches vivent cette guérison normalement. Dans le cas contraire, il faudrait sûrement les aider ou les conseiller en professionnel.