Santé

Quel est le rôle du CIAS ?

La Central Intelligence Agency (CIA) est un organisme de renseignement sans fonction de police ou de sécurité interne. Ses activités sont régies par divers textes législatifs et décrets présidentiels, sous le contrôle des Comités du Congrès et d’autres organes du pouvoir exécutif. La CIA a été créée en collaboration avec le Conseil national de sécurité (NSC) et la loi de 1947 sur la sécurité nationale. Bon nombre des tâches spécifiques confiées à la CIA découlent du projet conçu en 1944 par William J. Donovan, avocat new-yorkais, au nom du président Franklin D. Roosevelt, qui voulait réformer le système de renseignement. Donovan a proposé « une organisation qui recueillerait des renseignements à l’aide de méthodes clandestines et non clandestines, pour fournir des conseils en matière de renseignement, fixer ses objectifs nationaux et mettre en corrélation les documents d’information recueillis par tous les organismes gouvernementaux ». Le système de coordination a été perfectionnée avec la loi de 1949 qui confiait à la CIA la tâche de corréler, d’évaluer et de brancher les contributions d’information relatives à la sécurité nationale. La loi indique également que le Directeur du renseignement central était chargé de protéger les méthodes et sources d’information. La loi de 1949, qui peut être considérée comme un règlement pour le secret du budget de l’Agence, a permis à l’organisme de renseignement de recourir à des procédures fiscales et administratives confidentielles, en l’exemptant des nombreuses restrictions imposées aux dépenses des fonds fédéraux. Afin de protéger les sources et méthodes de renseignement contre toute divulgation, la loi de 1949 exemptait également la CIA de divulguer des données sur son organisation, ses fonctions, ses abréviations, ses fonctionnaires, ses affectations, ses salaires ou sur le nombre de personnes employées. Toutefois, seul le président peut ordonner à l’Agence d’effectuer une opération secrète. Ces mesures sont généralement proposées par le Conseil national de sécurité. Les opérations secrètes sont prises en compte lorsque le NIC considère que les objectifs de la politique étrangère américaine ne peuvent pas être atteints par des moyens diplomatiques normaux et lorsque l’action militaire est jugée comme une option extrême. Par conséquent, l’Agence peut recevoir des ordres du président de mener une activité spéciale à l’étranger, à des fins de soutien à la politique étrangère, de sorte qu’elle ne soit pas imputable au gouvernement américain ou au domaine public. Après avoir reçu cet ordre, le directeur du renseignement central devra en informer les comités de contrôle du Congrès. Toutefois, le décret présidentiel no 1233 interdit expressément à la CIA de recourir, directement ou indirectement, à des meurtres. Le respect de cette directive est assuré par le contrôle interne et par les procédures de Supervision du Congrès. Selon les dispositions publiées, le rôle du directeur de l’Agence centrale de renseignement, qui agit en tant que principal conseiller du président et du CNS dans toutes les questions relatives au renseignement à l’étranger et liées à la sécurité nationale est particulièrement importante. L’ICD est également le principal conseiller du Président et du Conseil national de sécurité sur les questions relatives au renseignement étranger. En plus d’être à la tête de la Central Intelligence Agency, l’ICD gère d’autres organismes relevant de sa compétence au sein de la communauté du renseignement. La communauté du renseignement La communauté du renseignement s’identifie dans cet ensemble d’agences et d’organisations de l’exécutif qui mènent diverses activités d’information couvrant toute la période de l’engagement renseignement national américain. La Communauté se compose de : Central Intelligence Agency, Agency for Agence nationale de la sécurité, du renseignement et de la défense, Département de la défense Bureaux chargés de recueillir des renseignements étrangers spécialisés par le biais de programmes de reconnaissance, Bureau du renseignement et de la recherche du Département d’État, SIOS Armée, Marine et Force aérienne, FBI, Département du Trésor et Département de L’énergie. Les membres de la communauté en informent le directeur de l’Agence centrale de renseignement au moyen de rapports soumis aux différents comités spécialisés chargés des questions de renseignement d’intérêt commun. Contrôle législatif sur le renseignement Le Congrès américain a des tâches de contrôle sur la CIA depuis sa création en 1947. Toutefois, avant le milieu des années 70, les pouvoirs de contrôle étaient confiés aux comités des services armés des deux chambres et étaient moins formels que la situation actuelle. Au moment où le DCI et ses représentants ont interagi directement avec leurs présidents respectifs des commissions du Congrès et ont rarement reçu des témoignages officiels et des auditions. À la suite de plaintes concernant l’infraction par des agences de renseignement américaines telles que la CIA, le Sénat a créé le Comité restreint sur le renseignement (SSCI) du Sénat le 19 mai 1976. Le 14 juillet 1977, la Chambre des députés a créé le Comité permanent restreint de la Chambre des renseignements (HPSCI). Ces comités, ainsi que ceux des services armés et des relations et affaires étrangères, ont été chargés d’autoriser les programmes des agences de renseignement et de contrôler leurs activités. Le Bureau des affaires du Congrès de la CIA traite directement des questions liées aux contrôles. SSCI et HPSCI reçoivent tous les produits de renseignement de l’Agence. En outre, les responsables et les analystes de la CIA fournissent plus d’un millier de rapports chaque année aux membres du Congrès et à son Comités. Aujourd’hui, la CIA fait régulièrement rapport aux Comités du renseignement du Sénat et aux Comités permanents du Congrès, comme le prévoit la loi de 1980 sur le contrôle des services et d’autres décrets du pouvoir exécutif. Contrôle exécutif sur le renseignement Le contrôle de l’exécutif est assuré par les organes suivants : Conseil national de sécurité Le Conseil national de sécurité a été créé en vertu de la loi de 1947 sur la sécurité nationale afin de fournir au Président un instrument d’intégration entre les politiques internes, étrangères et militaires en matière de sécurité nationale. Le CNS est l’organe suprême du pouvoir exécutif chargé d’examiner et de définir l’adresse de toutes les activités étrangères de renseignement et de contre-espionnage. Les membres statutaires du NSC sont : le Président des États-Unis, le Vice-Président, le Secrétaire d’État et le Secrétaire à la Défense. Le directeur de La Central Intelligence Agency et le chef de cabinet participent à titre de conseillers. Organe consultatif du Président sur le renseignement étranger (PFIAB) Le PFIAB fait partie du Bureau exécutif du Président. Ses différents membres siègent à la demande du Président et sont choisis parmi des citoyens fidèles et dignes, qui n’occupent pas de postes gouvernementaux, qualifiés en raison de leur position, de leur expérience et de leur indépendance. Leur performance n’est pas rémunérée. L’Organe surveille systématiquement le travail de tous les organismes publics qui participent à la collecte, à l’évaluation ou à la production de renseignements ou à l’application des politiques de renseignement. Il évalue également l’efficacité de l’Administration, du personnel et de l’organisation des agences de renseignement, informant le Président des objectifs, de la conduite et de la coordination des activités desdites agences. Le PFIAB a des fonctions spécifiques l’intention d’améliorer et d’accroître les efforts d’information des États – Unis. Les propositions peuvent être soumises directement au directeur du renseignement central, à la CIA ou à d’autres organismes opérant dans le secteur. Organe de contrôle du renseignement du Président (PIOB) Le PIOB est créé dans le cadre de la Maison Blanche. Il se compose de trois membres non gouvernementaux nommés par le Président. L’un d’eux, qui agit en tant que président, est également membre du PFIAB. L’Organe a pour fonction d’identifier et de signaler au Président toute activité de renseignement susceptible d’enquêter sur des questions de légalité au regard de la Constitution, des lois américaines ou des décrets exécutifs présidentiels. L’organe, permanent et indépendant, est également chargé du suivi des directives internes et de la gestion de la communauté du renseignement. Ressources humaines et financières La CIA fait des sélections précises parmi les personnes hautement qualifié dans presque tous les domaines d’études. Les scientifiques, les ingénieurs, les économistes, les linguistes, les mathématiciens, les secrétaires et les opérateurs de matériel électronique ne sont que quelques-unes des spécialisations les plus populaires. Certains sont des spécialistes — scientifiques en physique et sociologie, médecins en médecine, avocats — mais il y a aussi beaucoup d’autres employés qui ont fait preuve d’une grande capacité à gérer les tâches confiées. L’Agence promeut un programme d’emploi équitable pour tous les salariés, y compris les femmes, les minorités et les personnes handicapées. Le nombre d’employés ou la taille du budget de l’Agence ne peuvent être divulgués. Bien que le budget et la taille de la CIA constituent des informations classifiées, elles sont également et en détail contrôlées par le Bureau de planification et du budget et les sous-comités de contrôle et de défense des commissions sur l’affectation des fonds dans les deux chambres. Ressources allouées le renseignement fait également l’objet d’examens rigoureux et de processus d’approbation, comme c’est le cas pour tout autre organe gouvernemental du pays. Publications La CIA divulgue occasionnellement des publications non classifiées pour contribuer aux activités de recherche des milieux universitaires et financiers. La plupart de ces rapports contiennent des informations étrangères et internationales dans les secteurs économique et politique, ainsi que des fonctionnaires étrangers. Ils peuvent être consultés au Bureau de presse du Gouvernement, au Service national d’information technique et à la Bibliothèque du Congrès. La CIA ne peut en aucun cas divulguer de nombreux autres rapports obtenus de sources confidentielles.

A lire également : Comment serrer la zone des yeux ?