Quel régime de TVA choisir pour un SIC ?

8

Choisir d’ouvrir ou non un numéro de TVA n’est pas une décision simple. Les facteurs à considérer sont nombreux et vous n’avez pas toujours tous les éléments disponibles pour faire un choix conscient. Le régime le plus indiqué (forfaitaire ou ordinaire) doit être évalué ; le fonds professionnel à enregistrer (à condition qu’il y en ait un), le code ATECO de votre entreprise, etc.

Avant de voir comment vous ouvrez un numéro de TVA, vous devrez donc analyser le « scénario de départ », afin de comprendre s’il vaut la peine de faire le numéro de TVA ou s’il faut choisir d’autres moyens (par exemple, créer une société ou utiliser la retenue à la source). Les différences entre les différents régimes fiscaux doivent être analysées (et tenir compte des causes qui entravent l’accès à l’un plutôt qu’à l’autre) ; évaluer les coûts qui impliquent la création d’un numéro de TVA — à la fois ceux « ponctuel » à soutenir initialement, les deux « annuelles » – ; procédures bureaucratiques pour l’ouverture et le maintien du numéro de TVA et bien plus encore. Par exemple, avant de pouvoir ouvrir un numéro de TVA, vous devez disposer d’une adresse e-mail certifiée , qui doit être utilisée pour envoyer et recevoir tous les agents de communication.

Lire également : Comment puis-je déclarer un revenu BIC ?

Bref, les obligations requises pour l’ouverture du numéro de TVA sont nombreuses. Voyons en détail dans le vademecum qui suit quels sont les facteurs à prendre en compte lorsque vous voulez ouvrir un numéro de TVA .

Ouverture d’un numéro de TVA : comment fonctionne le régime ordinaire

Un enregistrement à la TVA ordinaire peut être ouvert par toute personne qui souhaite commencer une activité professionnelle ou une activité productive. Ceux qui décident de prendre cette voie (tous ceux qui mènent des activités sont obligés de le faire travail autonome et non assujetti au revenu des employés) est appelé à être soumis à diverses obligations de nature comptable, administrative et bureaucratique.

Lire également : Comment réduire les impôts en 2021 ?

En cas d’ouverture d’un numéro de TVA pour des entreprises individuelles, par exemple, il vous sera demandé de vous inscrire au registre des sociétés, d’effectuer des opérations deliquidation et de paiement de la TVA, de tenir des registres Comptabilité et de compiler les indices synthétiques de fiabilité (ISA, qui depuis 2018 remplacent les études sectorielles). Il ne faut pas oublier qu’il existe une obligation d’utiliser la facturation électronique. En choisissant des plateformes logicielles telles que Libero SiInvoice , par exemple, il sera possible non seulement d’envoyer et de recevoir toutes les factures de votre entreprise, mais aussi de gérer l’insolvabilité, le flux de caisse et bien plus encore.

Parmi les obligations à remplir, il y a alors l’enregistrement à lagestion séparée INPS ; INAIL pour l’assurance obligatoire (dans le cas d’une entreprise individuelle sans salariés, l’inscription n’est obligatoire que pour les artisans) ; paiement de l’IRPEF ou de l’IRES et de l’IRAP . Les IRES et le PARI ont des taux uniques (bien que ces derniers puissent être déterminés de façon indépendante et varier d’une région à l’autre), tandis que les taux doivent être pris en compte dans la détermination de l’IRPEF établi annuellement par l’annexe fiscale à la loi budgétaire.

Ouverture d’un numéro de TVA : comment fonctionne le régime forfaitaire

Le numéro de TVA forfaitaire bénéficie de diverses facilités, telles qu’un régime comptable simplifié (il n’y a pas d’obligation d’enregistrer des comptes, l’enregistrement INAIL, l’établissement de l’ISA, l’enregistrement au registre des sociétés et autres) et un régime fiscal à taux unique . Ceux qui ont un numéro de TVA avec un système forfaitaire paieront le 15% des taxes forfaitaires (selon le code ATECO choisi, vous pourrez bénéficier d’une déduction forfaitaire variable).

Évidemment, tous les professionnels ou toutes les entreprises ne peuvent pas accéder au régime forfaitaire : la loi, en fait, prévoit une limite de revenu maximale de 65 mille euros par an et plusieurs causes ostatives. Dans la pièce jointe fiscale 2020, par exemple, il est établi que le professionnel avec numéro de TVA ne peut pas avoir un revenu salarié supérieur à 30 mille euros , dépensant plus de 20 mille euros pour les collaborateurs, d’avoir des participations dans les entreprises.

Le numéro de TVA forfaitaire, en outre, n’ont pas d’obligation de facturation électronique, même si rien n’interdit l’utilisation (en effet, dans la même Maneuvre 2020 le gouvernement a inséré des incitations à la bureaucratique et comptable). Free SiBill Basic , par exemple, est la plate-forme gratuit et idéal pour les professionnels au régime minimum à la recherche d’un logiciel qui les aide à consulter toutes les factures électroniques adressées à eux et gérer la comptabilité d’entreprise dans une simplifiée et rapide.

Ouverture d’un numéro de TVA : différences entre le régime forfaitaire et le régime ordinaire

Comme on l’a vu dans les paragraphes précédents, les différences entre le régime forfaitaire et le régime ordinaire sont variées tant en termes d’imposition que de niveau comptable. Les principaux sont :

  • Plafond de revenu à l’entrée
  • Imposition du revenu
  • Système comptable simplifié
  • Limite du paiement des employés
  • Participation aux entreprises et aux entreprises
  • Paiement du PARI
  • Inscription INAIL

Ouverture d’un numéro de TVA : le régime de contribution

L’ enregistrement à la TVA ordinaire et forfaitaire doit faire l’enregistrement obligatoire à un fonds de pension. Le choix, dans la plupart des cas, relève de la gestion indépendante INPS , avec des taux différents en fonction de l’activité réalisée ou du régime fiscal choisi (allant de 24% à 34,23%). Les membres des ordres professionnels — architectes, ingénieurs, journalistes, médecins et psychologues — devront s’inscrire à la caisse de sécurité sociale de l’ordre, à laquelle verser les cotisations annuelles.

Ouverture d’un numéro de TVA : combien cela coûte-t-il ?

L’ ouverture du numéro de TVA est gratuite , si elle est effectuée indépendamment (net de tous les timbres et droits de secrétariat). Si vous vous tournez vers un professionnel pour exercer la pratique, vous pourriez être tenu de payer des frais.

Ouvrir un numéro de TVA : comment le faire ?

L’ ouverture du numéro de TVA est effectuée auprès du bureau compétent de l’Agence Revenu dans les 30 jours suivant le début de l’activité professionnelle ou productive . Après la présentation des formulaires requis, l’administration fiscale attribuera le code à 11 chiffres utile pour reconnaître le contribuable.

Pour ouvrir le numéro de TVA, vous devrez remplir les modèles AA9/12 ou AA7/10, dans lesquels vous devez indiquer le code ATECO de votre entreprise. Une fois remplis, les formulaires peuvent être retournés à la main, envoyés par courrier recommandé avec reçu de retour ou par voie électronique grâce au logiciel fourni par l’Agence du Revenu.